Bien choisir sa table de mixage

Le 18 janvier 2012 - digitalwatts

Souvent considérée comme le centre névralgique de toute installation audio qui se respecte, la table de mixage est un élément qui perd un peu de sa superbe au profit des cartes multi-entrées/sorties.

Néanmoins, elle reste un élément très important dans de nombreux cas de figure.

Outre les fonctions de base que l’on n’abordera pas (on suppose que vous connaissez un minimum le principe d’une table de mixage), voyons les caractéristiques importantes mais moins systématiques à vérifier pour un achat serein.

Quels sont les éléments importants qui composent une table de mixage :

  • Les préamplificateurs
  • Les égaliseurs
  • Les auxiliaires
  • Les pistes de groupe
  • Les sorties directes
  • Les inserts
  • L’alimentation fantôme

Les préamplificateurs

Element essentiel de la table de mixage, les préamplificateurs ont pour but de monter le niveau sonore des micros, ou autre sources audio à un niveau « ligne« . Les préamplificateurs sont présents sur les pistes  micros seulement pour cette raison.

Au plus les préamplificateurs sont de qualité, au moins le signal ne sera altéré, et restera proche du son original.

De mauvais préamplificateurs sont aussi très souvent la cause de bruit de fond sur les pistes. Attention donc à ne pas négliger cet élément.

L’égalisation

L’égalisation va permettre d’augmenter, ou diminuer le niveau des basses, des médiums, ou des aigus du signal d’une piste. Attention à ne pas trop modifier le signal original sous peine de dégrader celui-ci. En général, les corrections effectuées sont légères en fonction du signal traité.

Sur les tables entrée de gamme, nous trouvons des égaliseurs passe-bande qui sont un simple potentiomètre agissant sur une fréquence donnée.
Mais sur des modèles plus haut de gamme, nous avons des égaliseurs paramétriques : on va pouvoir sélectionner la fréquence que l’on souhaite affiner,  puis en augmenter ou réduire l’intensité. en général, on peut aussi régler l’étendue de cette fréquence (plage serrée ou large).

Les égaliseurs paramétriques permettent un travail beaucoup plus précis, puisque les fréquences ne sont pas pré-établies, mais peuvent être choisie par l’utilisateur. On en trouve sur les tables plus haut de gamme.

Les auxiliaires

Les départs auxiliaires sont des pistes spéciales : ce sont des pistes dont le signal va provenir d’autre pistes. Elles sont souvent utilisées pour insérer des effets sur plusieurs pistes.

Par exemple, vous avez une reverbe et vous souhaitez ajouter cet effet sur vos pistes batterie. Vous pouvez insérer votre réverbe sur une piste d’auxiliaire, et depuis les pistes de la batterie, venir régler l’intensité du signal qui sera routée vers la piste auxiliaire.
Toutes les pistes qui seront routées vers l’auxiliaire auront le même degré de reverb, et les signaux avec effet seront mixés sur cette piste.

Autre détail important, les auxiliaires peuvent être post, ou pre fader.
Dans le cas d’un auxiliaire pre-fader, la modification du volume général de la piste ne modifiera pas l’intensité du signal envoyé vers l’auxiliaire. Dans l’autre cas, la modification du volume général de la piste routée changera proportionnellement l’intensité du volume du signal envoyé.

Simple non ?

Sur les tables de mixage d’entrée de gamme, nous avons peu voir pas d’auxiliaire. Sur de meilleures tables, le nombre d’auxiliaire augmente.

Les inserts

Tout comme les pistes d’auxiliaire, les inserts permettent d’insérer des effets sur les pistes.
Mais les inserts permettent d’insérer directement un effet sur une et une seule piste (comme une boucle d’effet d’ampli).

Cette fonction est très utile pour les effets que l’on ne peut pas globaliser : noise gate, compression,…

On trouve des inserts sur les tables de milieu de gamme au minimum.

Les pistes de groupe

Les pistes de groupe permettent de regrouper des pistes en groupe logique, afin de faciliter le mixage général.

Si l’on reprend l’exemple d’une batterie, on pourra régler chaque source indépendamment via leurs pistes respectives, et nous allons router ces pistes vers un groupe. Si la batterie est trop forte comparée aux autres instruments, il suffira de modifier le volume du groupe, sans toucher aux pistes individuelles.

Comme souvent, Les tables bas de gamme ne disposent pas de piste de groupe, et plus la qualité augmente, plus le nombre de groupe peut être important.

Les sorties directes

Les sorties directes sont des sorties individuelles que l’on trouve directement sur les pistes. Ces sorties peuvent diriger le signal après traitement de la piste vers un direct-to-disk, ou une carte son multi-entrées.

L’avantage est de router le signal individuel des pistes vers un enregistreur, et de conserver les sorties principales de la table vers la sono, ou les enceintes de monitoring.

Les tables bas de gamme ne disposent que très rarement de sorties directes, alors que les tables haut de gamme en sont munies.

L’alimentation fantôme

Certains micros ont besoin d’une alimentation pour fonctionner. On peut soit alimenter chaque micro par des alimentations externes, soit utiliser une alimentation fantôme qui transitera via le cable XLR qui relie le micro à la table.
L’alimentation fantôme permet de s’affranchir d’alimentation externe pour les micros compatibles.

Encore une fois, l’alimentation fantôme, même si elle tend à se développer sur toutes les tables, peut être absente sur les tables bas de gamme.

 

J’espère avoir pu vous éclairer sur les différentes fonctionnalités que peuvent comporter les tables de mixage. A vous de faire votre choix en fonction de vos besoins !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *